La principale zone pétrolière d'Afrique !

La principale zone pétrolière d'Afrique !

L'accès aux ressources pétrolières est devenu un enjeu majeur pour les grandes puissances mondiales. Si le Moyen-Orient monopolise l'attention jusqu'en 1973, date du premier choc pétrolier, le principe de diversification de sources incite les principaux pays importateurs de pétrole à se tourner vers les autres continents, notamment l'Afrique…

Le Golfe de Guinée

D'est en ouest et du nord au sud, on décèle des gisements de pétrole un peu partout en Afrique. Cependant, la principale zone pétrolière du Continent est la côte occidentale. Le Golfe de Guinée. Avec une réserve estimée à 24 milliards de barils soit les 4,5 % des réserves mondiales, il dispose de l'un des plus importants gisements pétroliers offshores au monde.

Il y a deux conceptions différentes de la délimitation du Golfe :

  • la large délimitation l'inclut entre le Sénégal dans la partie septentrionale et l'Angola dans la partie australe
  • la délimitation restreinte le limite entre la Côte d'Ivoire et le Gabon

Cependant, dans la géographie du pétrole, l'Angola fait partie et le Sénégal fait partie du Golfe de Guinée, ce qui est conforme à la délimitation large.

Actuellement, les plus grands producteurs de pétrole de cette région sont le Nigeria, l'Angola, la Guinée équatoriale, le Congo Brazzaville et le Ghana. En 2015, plus de 55 % de la production pétrolière de l'Afrique viennent de cette région.

Les premiers producteurs de la région

En effet, le premier producteur de pétrole en Afrique n'est autre que le Nigeria. Avec plus de 2,322 millions de barils par jour, sa production représente 27 % du pétrole africain en 2016. Et dire que ses exploitations n'ont pas encore atteint leur rythme de croisière à cause des attaques terroristes qui ciblent ses infrastructures. Ses sous-sols comptent 37,07 milliards de réserves de pétrole prouvées.

Certes, les réserves pétrolières de l'Angola sont plus modestes. En revanche, sa production reste conséquente avec 1,856 millions de barils par jour soit 22,1 % de la production en Afrique en 2016. Là aussi, les autorités angolaises pensent pouvoir améliorer sa productivité.

Dans les deux cas, il reste à savoir comment les deux pays producteurs vont réagir à la décision de l'OPEP et de la Russie de réduire les productions pétrolières pour équilibre l'offre et la demande sur le marché. À l'instar de Philia SA, les acteurs professionnels du secteur observent leur choix.

Les autres pays producteurs de la région

À part ces deux géants pétroliers de l'Afrique de l'Ouest, il existe d'autres pays producteurs. Leur production reste minime, ce qui n'empêche pas Philia SA d'y investir.

C'est le cas de la Guinée Équatoriale et du Gabon qui produisent respectivement 278 mille et 213 mille barils par jour, soit les 3 % et les 20 % de la production. En revanche, le Ghana ne produit que 103 mille barils par jour, soit 1,2 % de la production pétrolière africaine.

Pour la Guinée et le Gabon par exemple, les réserves s'élèvent respectivement à 1,309 milliard et 1,1 milliard de barils de pétrole. Cependant, à l'heure où la dépendance énergétique au pétrole reste très importante, ces gisements représentent des appoints non négligeables. C'est pourquoi Philia Energy développe son réseau dans ces petits pays pétroliers de l'Afrique.